Voile Montagne
TeamWork
 
Une première course en Figaro prometteuse pour Nils Palmieri - ©

Une première course en Figaro prometteuse pour Nils Palmieri

Le 29 juin 2020

Pour sa première course au large en solitaire, Nils Palmieri a pris la 18ème place du classement général et terminé 1er bizuth de la Solo Maître Coq. Le skipper TeamWork a franchi la ligne d’arrivée samedi 27 juin en début d’après-midi aux Sables-d’Olonne après 2 jours 33 minutes et 42 secondes de course, soit une heure après Tom Laperche (Bretagne CMB Espoir) vainqueur de l’épreuve. Une première expérience satisfaisante pour le skipper suisse et un bon entraînement en vue de la Solitaire du Figaro qui se déroulera dans 2 mois au départ de la baie de Saint-Brieuc.

Les réactions de Nils :

« Je tire un bilan positif de cette première course. Je ne me suis pas fait avoir et je me suis toujours senti à l’aise. Au début de la course, j’étais quand même assez impressionné car il y a tellement un gros niveau avec des rock stars de la course au large. Tu navigues face à eux et tu te dis : « Waouh ». J’ai fait un bon bout de course au début à proximité d’Armel le Cléach. Je regardais tout ce qu’il faisait, alors que j’aurai dû plus me concentrer sur mon bateau. C’était le côté découverte sur une première course.

J’ai fait pas mal de petites boulettes sur les manœuvres pendant les premières heures, car je manquais un peu d’anticipation. J’avais plutôt tendance à suivre ce que les autres faisaient alors que je suis tout à fait capable d’être pro-actif, mais après j’ai réussi à rectifier ça. J’ai aussi perdu un peu de temps la première nuit car j’avais des algues dans la quille et j’ai mis un petit moment avant de m’en rendre compte. Mais après ça, j’ai réussi à remonter plusieurs bateaux, j’étais de plus en plus concentré au fur et à mesure que la course avançait, j’avais une bonne vitesse et je faisais des choix de route qui étaient justes donc c’était vraiment bien.

C’était ma première course en solo et la première fois que je me retrouvais autant de temps sur un bateau en solitaire, mais j’ai plutôt bien géré tout ce qui est vie à bord du bateau : j’ai réussi à bien m’alimenter, je n’ai pas eu le mal de mer et mes siestes de 10-15 minutes se sont bien passées.

Cette première course, qui ressemblait beaucoup à une étape de la Solitaire, m’a permis de voir où je me situais par rapport aux autres. Je vois que la vitesse et la technique sont là, donc c’est de bon augure pour la suite. »


Crédit photos : © Christophe Breschi / TeamWork


Vos Réactions