Voile Montagne
TeamWork
 
Nils Palmieri et Julien Villion ne lâcheront rien - ©

Nils Palmieri et Julien Villion ne lâcheront rien

Le 26 mai 2021

Nils et Julien continuent leur route vers Saint-Barthélemy et le suspens est toujours aussi insoutenable sur cette 15ème édition de la Transat en Double Concarneau Saint-Barthélemy. Qui des nordistes ou des sudistes auront le dernier mot ? Il faudra attendre encore quelques jours avant de le savoir, mais le duo TeamWork, aux avant-postes de la team nord, se sent fort pour relever le défi et tout donner jusqu’à l’arrivée.

Et si l’option nord était la bonne ?
« On a empanné pour faire du nord car on est convaincu que c’est la bonne voie pour rallier Saint-Barthélemy, » raconte Nils. « On a beaucoup empanné hier et cette nuit pour utiliser au mieux les petites bascules de vent. Notre stratégie est très claire. Nous sommes en tête du groupe du nord. Donc si cette option passe, c’est vraiment tout « bénef » pour nous. Au classement, nous ne sommes pas souvent les plus rapides, mais régulièrement ceux avec la meilleure VMG (vitesse au but). La bonne surprise est que nous sommes toujours dans les cinq premiers et que normalement, nous aurons un super angle ces prochaines 72 heures pour débouler sur l’île… C’est donc une bonne chose d’être en tête de notre groupe si l’option nord devait être concluante #letsdream »

On se sent d’attaque
Malgré les manœuvres et la fatigue accumulée depuis le départ, le moral est au beau fixe pour le duo TeamWork. « On est assez éreinté mais comme tous les autres je pense, » indique Nils. « Le choix de notre route nécessite pas mal de manœuvres, beaucoup plus que ceux qui sont dans le sud. Mais physiquement on est là, on relève le défi et mentalement pour l’instant on se sent fort, on se sent d’attaque. Donc que des bonnes choses. »

Pleine lune, grain et sauna
Bien que très éprouvante, la course laisse parfois place à des moments magiques que les skippers savent apprécier à leur juste valeur. Nils a vécu un de ces moments la nuit dernière : « La nuit passée, il y avait une magnifique pleine lune. Parfois, je me dis qu’il faudrait organiser les courses offshores en fonction du calendrier lunaire, tellement c’est gratifiant d’avoir de la lumière la nuit, sans mettre de crème solaire et sans se faire éblouir ! La lune était parfaite et éclairait le bateau qui filait sans un bruit en direction des Antilles. Je me suis dit que nous avions de la chance d’être ici.

Ce matin, c’est un grain qui nous a accompagné. Nous étions parfaitement positionnés pour en bénéficier de la meilleure des façons (en force du vent et direction). Du coup, pendant une bonne heure, nous avions un super angle et une bonne vitesse. Merci petit nuage ;)

Sinon, en journée, c’est ambiance sauna à l’intérieur et Touareg à l’extérieur pour s’abriter du soleil. »


© Crédit photo : Alexis Courcoux

Vos Réactions