Voile Montagne
TeamWork
 
17ème place sur la Solo Guy Cotten pour Nils Palmieri - ©

17ème place sur la Solo Guy Cotten pour Nils Palmieri

Le 26 juillet 2021

Le retour en solitaire sur le Figaro TeamWork ne s’est pas passé comme prévu pour Nils Palmieri. En 2 jours de course sur la Solo Guy Cotten, le skipper suisse est passé par tous les états : la satisfaction de faire un très bon départ, le désarroi dans une bulle sans vent qui l’a relégué à l’arrière de la flotte, un très bon redémarrage après la zone orageuse du milieu de course avec un passage en 7ème position au Birvideaux et un sentiment d’impuissance en fin de parcours. Nils termine 17ème de cette course de 380 milles au départ et à l’arrivée de Concarneau. Il reste maintenant 4 semaines avant la Solitaire du Figaro, le gros morceau de la saison.

Les réactions de Nils :

« Je suis passé par tous les états. Quelques heures après le départ je me retrouve dans les 5 premiers. On ouvre la route avec un petit paquet de bateaux et à un moment on s’arrête dans une zone sans vent, ça se voit sur la carto. Les voiles complétement en vrac et plus de vent du tout du tout du tout. Les gars qui étaient derrière ont changé un peu leur trajectoire et on se fait dépasser. Dans ce groupe de tête, 4 arrivent à s’extirper et je reste planté avec 2 autres bateaux, comme sur le Bol d’Or. Du coup je me retrouve derrière, je cravache pour revenir. Ensuite, il y a cette zone un peu orageuse, j’arrive à trouver la bonne porte de sortie mais avant ça, je tape un chalutier, sans grosse casse heureusement. Après je remonte, je suis 7ème au Birvideaux, 5ème ensuite. Là le vent commence à monter. Au moment où je suis 5ème on est parti pour faire du reaching sous gennaker dans beaucoup beaucoup de vent et là je me fais ouvrir en 2 en vitesse pure. La catastrophe. Ce matin je n’ai pas le moral. J’aurai pu perdre quelques places c’était assez serré, mais là passer de 5 à 17ème en vitesse pure, ça fait mal. Je pense que je n’ai pas encore toutes les clés techniques pour rivaliser avec les meilleures à cette allure. Je sais qu’il y a des allures où j’avance vite, mais là le reaching sous gennak, c’est de nouveau un problème. »

Crédit photo : © Alexis Courcoux

Vos Réactions