Voile Montagne
TeamWork
 
"On l'a fait" - Une 2ème étape de la Sardinha Cup épique pour Nils Palmieri et Pierre Le Roy - ©

« On l’a fait » – Une 2ème étape de la Sardinha Cup épique pour Nils Palmieri et Pierre Le Roy

Le 21 juin 2022

Nils Palmieri et Pierre Le Roy sont venus à bout de la 2ème étape de la Sardinha Cup dimanche 19 juin à 9h43 après 4 jours 20 heures et 9 minutes en mer. Partis mardi matin de Figueira da Foz (Portugal), les 2 skippers TeamWork ainsi que les autres duos de figaristes auront vécu une étape usante pour les nerfs avec des changements de vent imprevisibles tout au long du parcours qui les a ramenés à Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Nils et Pierre terminent 14ème de cette étape et 14ème du classement général.

Les impressions de Nils :
« Tous les marins qui ont participé à cette Sardinha Cup pourront dire « On l’a fait »… parce que ça aura été vraiment super violent cette deuxième étape.
L’étape était éreintante et épuisante. Du début jusqu’à la fin, on a eu des vents qui changeaient tout le temps. Il n’y a jamais eu de répis, ça passait de 2 noeuds à 30 noeuds en l’espace de quelques minutes. On a aussi eu de gros orages.
Le début de course était vraiment catastrophique, il faut vraiment que je corrige ça avant la Solitaire. Je ne sais pas ce qu’il se passe pour que je foire à ce point là mes débuts de course. Après on a bien navigué, on passe de nouveau en tête à la sortie du Cap Finisterre, pendant quelques heures. Et on choisit de partir sur une option plus nord-ouest, qui finalement était la bonne option car Crédit Mutuel Espoir gagne la course en étant avec nous. Cette étape tu pouvais la gagner, comme tu pouvais finir dernier. C’était un peu la foire. Tout le monde était content d’être arrivée au bout. À la fin, on a fait du près dans 20-30 noeuds, c’était vraiment très très très bourrin !
Si je dois qualifier cette étape, je dirais éreintante, épique et formateur pour tout le monde, même les plus aguerris. »

Les réactions de Pierre :
« C’était comme un long stage très complet pour voir ce qu’était le Figaro 3. Parce qu’on a vraiment tout eu comme conditions. Du vent très mou, du vent moyen, du vent fort dans tous les angles, toutes les directions, beaucoup de manoeuvres. Appréhender le figaro dans toutes les conditions, c’était hyper cool surtout que Nils maîtrise très bien le bateau, donc ça c’est chouette.
Sur l’aspect plus performance et résultat, c’était un peu frustrant car on a passé beaucoup de temps sur la 1ère partie à essayer de recoller au premier paquet. Il y avait toujours des petites zones de molles qui nous en empêchait. Au moment où on arrive à revenir, là c’était chouette, on passe devant. Dans le golfe de Gascogne on n’avait plus de météo fiable, donc c’était de l’improvisation totale au niveau stratégie. Et pour moi qui suis passionné de météo et de stratégie, c’était un peu compliqué. Du coup, on s’est rattrapé sur le côté marche du bateau, faire les bonnes manoeuvres avec Nils… On s’est épuisé là-dessus. Arriver avec ce résultat moyen qui ne représente pas ce que l’on a donné, c’est un peu mitigé.
Je suis assez satisfait d’avoir fait cette étape, qui était quand même assez particulière. Content d’avoir vécu ça et d’avoir fait marcher le bateau avec Nils, c’était un chouette truc. 
»

Les résultats de la Sardinha Cup 2022 sont disponibles ICI

Crédit photo : Arnaud Pilpré

Vos Réactions