Voile Montagne
TeamWork
 

Gravir les 82 4000 alpins en cinq ans

Le volet « Montagne » du projet TeamWork Voile et Montagne avait pour but de faire gravir les 82 sommets de plus de 4000 mètres par des collaborateurs de l’entreprise. Le projet a été bouclé en août 2015 avec l’ascension du Täschhorn (4491m) par Nicolas Buchillet et le guide Christophe Bressand. Ainsi, les 82 sommets de plus de 4000 mètres ont été inscrits au palmarès de TeamWork. Ce projet est particulièrement novateur, et représente une première pour une entreprise.

TeamWork soutient également le snowboarder Jonathan Charlet, vainqueur du Freeride World Tour 2012 et 2015, l’alpiniste genevoise Sophie Lavaud et le skieur de fond Baptiste Gros, 4ème de la Coupe du Monde de Sprint 2016.

Chacun des projets de TeamWork est ambitieux, mais Philippe Rey-Gorrez – le président de TeamWork – ne se positionne pas dans une logique de l’exploit. Il met un point d’honneur à ce que l’esprit de l’ensemble soit avant tout socio-sportif et à ce que l’humilité reste le maître mot.

La liste des 4000 alpins

Les sommets des Alpes de plus de 4000 mètres se trouvent en Suisse, en Italie et en France, essentiellement dans les Alpes valaisannes, le massif du Mont-Blanc et les Alpes bernoises, mais aussi le massif des Écrins, le massif du Grand Paradis et la chaîne de la Bernina.

Dès la fin du XIXe siècle est apparue, chez les alpinistes, l’ambition de collectionner les sommets dépassant cette altitude symbolique. Le premier à revendiquer les avoir tous gravis est, au début du XXe siècle, l’Autrichien Karl Blodig, sur la base d’une liste d’une soixantaine de sommets. Compte tenu de la structure souvent complexe des montagnes, une liste close doit distinguer les « vrais » sommets des sommets secondaires, antécimes, épaules, bosses, pointes et gendarmes divers, qui dépassent l’altitude fatidique. Plusieurs listes ont coexisté jusqu’au début des années 1990, où est également apparue l’idée d’enchaîner, de façon continue et en un temps limité l’ensemble des plus de 4 000.

En 1994, l’Union internationale des associations d’alpinisme (UIAA), en prenant en compte à la fois des critères topographiques, morphologiques et alpinistiques, a défini une liste « officielle » de 82 sommets de plus de 4 000 m. Depuis, de nombreux alpinistes, amateurs éclairés et professionnels, ont cherché à inscrire la totalité des sommets à leur palmarès, certains en réalisant des enchaînements. D’autres listes existent, avec des critères plus ou moins stricts, comptabilisant de 50 à 89 sommets principaux, ainsi que des listes de sommets secondaires, avec lesquelles on arrive en tout à près de 200.

TeamWork a choisi la liste officielle de l’UIAA pour son projet.